Open top menu

Portrait de lieu : La Maladrerie Saint-Lazare de Beauvais

Vue sur la Grange de la Maladrerie de Beauvais (60)

Malgré les grands murs d’enceinte qui l’encerclent et suscitent la curiosité, la Maladrerie Saint-Lazare n’est pas un lieu fermé ni clos. Depuis 2009, cet ensemble architectural de 3 hectares, datant du 12è siècle, est même devenu un lieu culturel qui accueille un public varié venant autant pour se flâner dans la cour de la ferme ou dans le très beau jardin médiéval que pour voir un spectacle ou un concert dans la grange. Restaurée en grande partie, la Maladrerie est à la fois un lieu chargé d’histoire, de patrimoine et de vie culturelle. Aujourd’hui, plus que jamais la volonté de l’agglomération du Beauvaisis qui gère le site est d’en faire un endroit accessible à tous et synonyme de spectacles de qualité, loin de l’image élitiste que l’on pourrait facilement lui coller.

Il est minuit passé de trente minutes en ce 21 mars 2014. Le festival « Du blues sur le zinc » va finir sa nuit dans la grange de la Maladrerie Saint-Lazare de Beauvais pour un « After blues » qui durera jusqu’à l’aube. Le groupe St-Lô arrive sur scène. Son mélange de blues, electro et hip-hop commence alors à résonner dans la grange. L’acoustique est remarquable, le son ressort magnifiquement. Dans cet écrin architectural long de 44 m  pour une hauteur de 12 mètres, datant du 12è siècle, le spectacle a pris vie dès 2009. Alliance de bois noble et de pierre, la grange a été restauré et a gardé sa charpente d’origine. Son remarquable état de conservation en fait l’une des plus belles granges médiévales du nord de la France. « La pierre et le bois de la grange rendent le lieu convivial, c’est un lieu magique. Le plupart des artistes nous disent : quelle merveilleuse salle vous avez ! Ceux qui ont l’habitude de voir de grands artistes et qui les voient dans le cadre de la grange, lèvent la tête car ils sont subjugués par le lieu, par les matériaux nobles. La restauration a été très bien faite. » souligne Sophie Lechevalier, directrice de la Maladrerie.

Lire la suite sur Oiza#5